Le mot du Père Jean-Louis

P_YERIMA BANGA-JeanLouis
Épiphanie : fête des peuples

Des mages venus du bout du monde reconnaissent le Petit Enfant comme Seigneur et Sauveur. Et pour nous, qui est-il ? Ils ont commencé par observer et scruter le Ciel. L’étoile, comme une lumière inattendue, venue du fond de l’univers, les interroge. De quoi est-elle le signe ? Leur interrogation les pousse à se mettre en mouvement, à prendre la route, à chercher avec humilité. C’est une migration étonnante, un long voyage qui les conduit, qui les désinstalle et prépare leur cœur à ce qui s’annonce...
Parce qu’ils sont disponibles intérieurement, les mages reconnaissent que la création tout entière est faite de signes. A Jérusalem, ils cherchent Celui que désigne l’Etoile, « le roi des Juifs qui vient de naître », dont ils ont vu « l’astre se lever à l’Orient ». Les grands habitués de la prophétie, les scribes… Lire plus
Épiphanie : fête des peuples

Des mages venus du bout du monde reconnaissent le Petit Enfant comme Seigneur et Sauveur. Et pour nous, qui est-il ? Ils ont commencé par observer et scruter le Ciel. L’étoile, comme une lumière inattendue, venue du fond de l’univers, les interroge. De quoi est-elle le signe ? Leur interrogation les pousse à se mettre en mouvement, à prendre la route, à chercher avec humilité. C’est une migration étonnante, un long voyage qui les conduit, qui les désinstalle et prépare leur cœur à ce qui s’annonce...
Parce qu’ils sont disponibles intérieurement, les mages reconnaissent que la création tout entière est faite de signes. A Jérusalem, ils cherchent Celui que désigne l’Etoile, « le roi des Juifs qui vient de naître », dont ils ont vu « l’astre se lever à l’Orient ». Les grands habitués de la prophétie, les scribes et les pharisiens ne voient pas la lumière de l’Etoile. Hérode, lui, est terré au fond de son palais dans le secret de sa peur.
Mais l’Étoile est nécessaire et décisive, elle oriente et donne le chemin. Cependant, elle n’est utile qu’à ceux qui ont déjà su la voir. Les bergers, des hommes au cœur humble et simple ont vue la lumière, ils ont entendu la voix des anges dans le Ciel qui chantent la gloire de Dieu et ils sont là, croyant à l’Enfant petit-né depuis le premier instant.
Et nous ? Dans l’Évangile de Matthieu, l’Étoile disparaît dès lors que l’Enfant est là. C’est lui la Lumière qui brille désormais dans les ténèbres. C’est lui qui guide, précède et nous réjouit le cœur. Comme les mages, nous connaissons l’Écriture, nous savons qui est Jésus, où il est né, et comme eux, nous faisons l’expérience dans notre vie, que croire engage bien autre chose qu’un savoir sur Dieu. En prenant la route des mages, nous sommes conduits à reconnaître « l’Emmanuel dans notre histoire » : celui qui nous ouvre les Écritures sur le chemin d’Emmaüs, Celui qui s’identifie avec les plus pauvres et que nous sommes appelés à reconnaitre en tout homme pauvre, nu, étranger, malade ou prisonnier.

Père Jean-Louis YERIMA BANGA